Summary of seminar “Transition vulnerabilities” (English and French version)

Lidija Runko Luttenberger, Full Professor in environmental engineering, School of Polytechnics of the University of Rijeka, Croatia, as part of the seminar Managing and Assessing Transition Innovation Network presents “Transitions vulnerabilities”.

She talks about the actual transition in her country Croatia, the last member to join the European Union, which has been considered in transition for more than 75 years and whose population in the part of the country where she lives and works has during the last century changed nationality several times, passing from Austria and Hungary, Italy, then Yugoslavia and finally Croatia. 

The first transition was from capitalism to communism, and then in the 90s, a transition back from socialism to capitalism with privatization in its crude form.

Lidija Runko Luttenberger discusses the impacts of globalization in Croatia which cause an increase in imports and the decline of local and national agricultural and industrial production. The result of this globalization is the production of packaging waste, the problems of disposal of these goods and the resulting environmental dangers.

Another topic discussed is the brain drain from Croatia to get a better salary.

 She deals with the fact that in Croatia there are not enough funds allocated to sustainable solutions in waste management or to renewable energies such as solar energy despite Croatia being a country with abundant sunshine. The same goes for impact assessments which should also involve social and environmental impact assessments, but this aspect is very rarely considered.

 Finally, Lidija Runko Luttenberger mentions tourism which represents a very high proportion of GDP and employment in Croatia, the highest in the European Union. A very important sector and very dangerous because it makes Croatia very dependent on tourism. The economic aspect takes priority over the well-being and health of the local population and the environmental and natural preservation. Moreover, even the economic impacts can be negative, since a large part of the income from tourism goes abroad and therefore does not return to the Croatian population.

She concludes by stating that we need to accelerate our transition to a circular economy as a priority to preserve the environment and not only to meet international obligations by implementing less centralized and less costly solutions in the water and waste management, as well as in energy sector.

Version française

Lidija Runko Luttenberger, professeur titulaire en ingénierie environnementale à l’École Polytechnique de l’Université de Rijeka, Croatie, dans le cadre du séminaire “Managing and Assessing Transition Innovation Network” présente ” Les vulnérabilités des transitions “.

Elle évoque la transition réelle dans son pays la Croatie, le dernier membre à intégrer l’Union européenne, qui est considéré en transition depuis plus de 75 ans et dont la population au cours du dernier siècle a changé plusieurs fois de nationalité, passant de l’Autriche, à la Hongrie, l’Italie, puis la Yougoslavie et enfin la Croatie.

La première transition a été de passer du capitalisme au communisme, et puis dans les années 90, une transition de retour du socialisme au capitalisme avec comme principale caractéristique la privatisation.

Lidija Runko Luttenberger évoque les impacts de la mondialisation en Croatie qui provoquent une augmentation des importations et le déclin de la production agricole, industrielle locale et nationale. Le résultat de cette mondialisation est la production de déchets d’emballage, les problèmes d’élimination de ces marchandises et les dangers qui en résulte sur le plan environnemental.

Un autre sujet abordé est la fuite des cerveaux qui s’expatrient de Croatie pour obtenir un meilleur salaire.

Elle traite du fait qu’en Croatie il n’y a pas assez de fonds alloués aux solutions durables dans la gestion des déchets ou encore aux énergies renouvelables comme le solaire, alors que la Croatie est un pays abondamment ensoleillé. Il en est de même pour les évaluations d’impacts qui devraient également impliquer des évaluations d’impact social et environnemental, mais cet aspect est très rarement pris en compte.

Enfin Lidija Runko Luttenberger mentionne le tourisme qui représente une part très élevée du PIB et de l’emploi en Croatie, le plus élevé de l’Union européenne. Un secteur très important et très risqué car cela rend la Croatie très dépendante du tourisme. Le caractère économique prend le dessus sur le bien-être et la santé de la population locale, ainsi que sur la préservation de l’environnement et des espaces naturels. De plus, même les impacts économiques peuvent être négatifs, en effet, une grande partie des revenus du tourisme part à l’étranger et ne revient donc pas à la population croate.

Elle conclue en affirmant qu’il faut accélérer notre transition vers une économie circulaire en priorité pour préserver l’environnement et ne pas seulement répondre aux obligations internationales, en appliquant des solutions moins centralisées et moins coûteuses dans la gestion de l’eau, des déchets, ainsi que dans l’énergie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search