Summary of seminar “ An energy transition with so many shades!” ( English and French version )

Carelle Mang-Benza, PhD student at Western University (Canada presents “An energy transition with so many shades!” in the MATIN Managing and Assessing Transition Innovation Network seminar.

She first discusses the energy transition by mentioning the fact that we often think of it as a form of substitution of a “dirty” energy, that is to say, non-renewable, such as oil and gas by a cleaner and sustainable energy.

This substitution is part of the energy transition, but it is also necessary to consider the social issues that arise from it and that are barely visible and neglected. She illustrates some of the social aspects of the energy transition with the tension between public support for low-carbon transitions and public acceptance of renewable energy technologies with the example of citizens’ demonstrations against the installation of giant wind turbines in the Netherlands . the development of lithium batteries offers another example of these transition tensions: many Indigenous communities in the Atacama desert in Latin America (Chile, Bolivia) resist water-intensive lithium extraction practices, while this same lithium is used in electric car batteries. This leads us to reflect on these issues of energy transition.

Colonial legacies are barely discussed in the current energy transition. This could be addressed through the lens of ndigenous political ecology which, in contrast to mainstream political ecology, “reframes the political economy of environmental stewardship from the perspectives of indigenous epistemologies to envision a decolonial future” (Middleton, Beth Rose, 2015). Carelle Mang-Benza refers to the dish with one spoon, one type of treaty that some Indigenous nations of the Great Lakes region agreed to sign with the European colonialists in what is now called Canada. The concept, developed long before the European settlers, describes how land can be shared for mutual benefit while avoiding conflicts. This treaty had three simple rules.

  1. Take only what you need;
  2. Leave some for someone else; and
  3. Keep it clean.

These ules are much simpler than all the frameworks and governance models discussed by energy transition scholars. However, how could they be applied today?

Gender issues are also neglected issues in the energy transiltion literature. In the Global North, there is this a false assumption that energy systems are gender neutral. This gender blindnesshas important implications for the governance and trajectories of transitions, in terms of whose voices are heard.

Carelle Mang-Benza briefly addresses the pathway to Net Zero presented by the International Energy Agency in May 2021. The roadmap to reach net zero by 2050 requires a seven-fold deployment of renewable energywhihc is tied to exponential extraction of critical minerals such as lithium, cobalt, etc.. This could resemble a new gold rush over the next 30 decades, but with direct implications for communities that are unlikely to have been associated to the roadmap development.

She concludes with messages about the injustices which occur throughout the energy life cycle, from sites of extraction to sites of transformation. Without attention to socio-political dimensions, the low-carbon transition may reproduce the injustices of the fossil fuel era. Another key message concernss the Eurocentrism that monopolizes the narratives about the energy transition and considers only one viable option. It is essential to consider the energy transition in a holistic waythat eliminates inequalities rather than just shifting them.

 

 

 

Résumé du séminaire ” Une transition énergétique aux multiples facettes ! ” Version française

 

Carelle Mang-Benza, doctorante à la Western University (Canada), dans le cadre du séminaire MATIN Managing and Assessing Transition Innovation Network, présente “Une transition énergétique aux multiples facettes !”

Elle commence par aborder la transition énergétique en évoquant le fait que souvent nous pensons que cela est une forme de substitution d’une énergie “sale”, c’est à dire non renouvelable tel le pétrole et le gaz en une énergie plus propre et durable.

Cette substitution technologique fait partie de la transition énergétique mais il faut cependant également se pencher sur les questions sociales qui en découlent et sont peu visibles et négligées. Elle prend pour exemple les manifestations aux Pays Bas contre l’installation d’éoliennes géantes ou encore au Chili où les communautés autochtones manifestent contre les compagnies minières qui utilisent énormément d’eau pour l’extraction de lithium, alors que ce même lithium sera utilisé pour les batteries des voitures électriques. Cela nous amène ainsi à réfléchir sur ces questions de transition énergétique.

Carelle Mang-Benza cite le traité “ Un plat à une cuillère” que les colons européens du 15ème siècle ont signé avec les nations indigènes, par lequel ils ont accepté de partager les terres. Ce traité avait trois règles très simples. Prendre seulement les terres dont on a besoin, en laisser pour quelqu’un d’autre et les garder propre. Des règles qui pourraient être appliquées aujourd’hui, beaucoup plus simple que tous les concepts actuels utilisés dans le cadre de la transition énergétique.

Au long de sa présentation elle va évoquer le cas des populations indigènes, pour qui l’écologie politique indigène diffère de l’écologie politique dite occidentale. Elle abordera également la question de la place des femmes et de leur manque de représentation et donc d’implication dans les énergies renouvelables et l’énergie en général, et ce même dans les pays du Nord, alors qu’il y a cette fausse supposition que les systèmes énergétiques sont neutres en termes de genre. Cette cécité aux questions de genre a des implications importantes sur la gouvernance et les trajectoires de transition.

Carelle Mang-Benza aborde ensuite les enjeux de la neutralité carbone. Pour atteindre cette neutralité, selon les recommandations de l’Agence Internationale de l’Energie, il faudrait grandement augmenter les énergies renouvelables et donc extraire énormément de nouveaux minéraux comme le lithium ou le cobalt. Cela pourrait ressembler durant les 30 prochaines décennies à une nouvelle ruée vers l’or mais vers les minéraux essentiels à la transition énergétique.

La chercheuse revient ensuite sur les injustices qui se produisent tout au long du cycle de vie de l’énergie, du site d’extraction en passant par le site de transformation.

Enfin, Carelle conclut sur l’eurocentrisme qui monopolise l’histoire et ne considère qu’une seule option possible, ainsi que l’importance de considérer la transition énergétique de manière holistique.

Il faudrait donc penser cette transition énergétique intelligemment et de façon à que cette dernière permette d’éliminer les inégalités plutôt que de seulement les déplacer.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search